Niveau 2, 3, 4 et 5 masculins :

NICE, L’AIGLON DEVENU GRAND ; POITIERS SANS RESERVE ; AVH PARIS, GAGNANT MAIS NON PROMU,
TRANQUILITE D’ANGERS !

Les premiers challenges UNADEV/ANTHV se sont achevés ce samedi 18 juin 2016 par le second tour de niveau 2 masculin. La constatation qui vient avant tout bilan plus complet, c’est que cette saison s’est particulièrement bien déroulée au travers de la qualité de l’ensemble des organisations. Il nous faut reprendre ces compétitions par niveau.

Le niveau 2 était organisé par deux clubs qui fréquentent désormais le Torball depuis de nombreuses saisons. H Rennes Club le 13 février 2016 et l’ASCCB Besançon le 18 juin ont offert aux participants des prestations de qualité qui ont permis à la compétition de s’exprimer en toute sérénité. Merci à ces deux associations sportives pour le travail réalisé.

Le premier tour avait consacré une équipe de l’ANICES Nice auteur d’un magistral sans faute qui la plaçait en grande favorite pour la suite du challenge. Seuls le CST Laval et le CHHA Aubervilliers arrivaient à suivre à peu près le rythme effréné des Niçois. Cette première journée était marquée par l’absence de match nul et les équipes s’échelonnaient donc de deux points en deux points. Besançon victime d’un effectif amoindri était contraint de déclarer forfait pour ces matchs de février et fermait la marche du classement. Le club du CS AVH 72 Le Mans était juste devant ayant bénéficié des seuls points du forfait bisontin.

Le second tour allait confirmer une deuxième division à deux niveaux. En tête, Nice ne laissait échapper aucun point, réalisant un nouveau « carton plein ». Le bilan niçois sur la saison est impressionnant : 28 points sur 28, meilleur attaque avec plus de 6 buts marqués par match en moyenne, meilleure défense avec moins de 2 buts encaissés par match en moyenne. Cette écrasante domination et régularité sont les signes d’une équipe qui a gagné en maturité et qui pourra la mettre à l’épreuve l’an prochain en niveau 1. Il a donc fallu chercher le suspense ailleurs pour ce niveau 2.

La plus grande incertitude concernait les deux autres marches du podium et la seconde place permettant l’accès au niveau 1 la saison prochaine. Laval distançait Aubervilliers de deux points avant ce second tour. La lutte a été acharnée, ces deux clubs réalisant une première moitié de parcours satisfaisant. Avec le temps, Laval semble fléchir sur la fin de journée. Aubervilliers en profite pour passer devant d’un tout petit point avant l’ultime rencontre du jour qui doit opposer ces deux équipes. Le vainqueur était amené à monter en niveau 1. La première mi-temps est à l’avantage des Lavallois qui atteignent la mi-course avec un but d’avance. A la reprise, le club de la Mayenne parvient à faire le break. Alors que l’issue de la rencontre semblait s’être dessinée, les Franciliens réagissent, parviennent à refaire leur retard en marquant une rafale de buts et passent devant. Aubervilliers finit en trombe ce match jusqu’à prendre même trois buts d’avance sur son adversaire bien déçu de ne pas avoir tenu la distance. C’est donc le club de Seine-Saint-Denis, après être arrivé en niveau 2 suite au désistement du club brestois, qui accède en une saison avec Nice au niveau 1 pour 2016-2017.

Entre cette tête de classement et les moins bien classés, on retrouve les Bisontins qui victimes de leur forfait et un second tour bien négocié puisqu’ils en prennent la troisième place, n’occupent pas nécessairement leur vraie place au classement général, la sixième avec 10 points.

L’autre partie de ce niveau 2 était composée d’une part, de Rennes et Tours qui réalisaient deux tours moyens et qui au général finissaient à égalité de points mais à quand même cinq longueurs du podium, et d’autre part, du Mans et de l’ASAA Strasbourg, équipes qui ont le plus souffert dans ce niveau 2. Pour la relégation en niveau 3, les Strasbourgeois sauvent certainement leur saison en arrachant le match nul contre Laval qui leur donne ce tout petit avantage pour être devant les Manceaux au classement général.

Ce niveau 2 a laissé une impression quelque peu mitigée quant à la qualité technique qui parfois n’était pas supérieure à celle de niveaux inférieurs dont il faut à présent s’intéresser.

Le 11 juin dernier, le niveau 3 masculin connaissait son terme suite au second tour organisé comme d’habitude de mains de maître par l’ASSHAV Poitiers. Le premier tour de ce niveau avait été organisé par l’association Graine de partage à Sablé sur Sarthe en février 2016. Ces deux organisateurs doivent être félicités et remerciés pour la qualité de ces deux week-ends de Torball où notre discipline a été favorablement mise en avant.

L’équipe réserve de Poitiers se présentait invaincu pour cette deuxième partie de compétition. Une avance de trois points la séparait du premier poursuivant, la jeune équipe de Grenoble qui devait confirmer toutes les promesses qu’elle montrait depuis deux saisons. La troisième marche du podium était occupée suite au premier tour par l’équipe réserve de Nice suivi de près par Mulhouse TC et le CS AVH 31 Toulouse.

Ce second tour n’allait qu’accentuer la position du leader poitevin. Après son sans faute du premier tour, Poitiers finissait invaincu également au second même si un match nul venait entacher un parcours quasi parfait. Dans le même temps, les équipes bien placées en première moitié de challenge se retrouvaient en queue sur la deuxième partie et inversement pour les mal classées de début de saison. Si bien que le challenger créait un véritable fossé avec ses poursuivants directs. En effet, 10 points d’écart entre un premier et un deuxième au classement général est une différence rarement réalisée dans notre sport.

Cette configuration de compétition faisait qu’un regroupement serré de cinq équipes occupait le classement général de la deuxième à la sixième place. C’est la réserve de Toulouse qui parvient à tirer son épingle du jeu bénéficiant des contre-performances de ses adversaires et d’un renfort efficace d’un joueur habituellement de l’équipe première qui cependant n’avait disputé aucun match en niveau 1 cette saison.

Sur la troisième place du podium et médaillée de bronze, on retrouve les Grenoblois qui ont un peu déçu sur ce second tour. Les outsiders du mois de février ont bien moins convaincu les observateurs mais outre le podium, ils peuvent se satisfaire en étant la première équipe non réserve et ainsi être promu la saison prochaine au niveau 2 masculin.

La réserve de Nice et le Mulhouse TC suivent ensuite à égalité de points. Si les Mulhousiens réalisent deux tours relativement semblables, les Niçois ont plus souffert sur le second. Certains pourraient dire que les équipes réserves renforcées ont joué un rôle important sur cette baisse de performance des joueurs de la Côte d’Azur. Pourtant, c’est bien Mulhouse qui remporte la confrontation directe avec Nice au second tour alors que l’inverse s’était produit en février et Mulhouse n’est pas une équipe réserve.

Dernière équipe de ce peloton de cinq, c’est la réserve de Lyon qui réalise un bon second tour. Seule formation capable de prendre un point à Poitiers sur la saison, cet effectif était renforcé par un élément de niveau 1 très efficace défensivement. Les chiffres sont là pour le démontrer, si les Lyonnais marquent approximativement autant de buts à Sablé sur Sarthe qu’à Poitiers, la défense bien mieux stabilisée de juin a encaissé la moitié moins de buts qu’en février. Donc, des résultats bien meilleurs ont été enregistrés, les Lyonnais prennent la deuxième place du second tour mais n’arrive pas à reprendre plus de rang au classement général si ce n’est de se sauver de la relégation en niveau 4 la saison prochaine.

Cette relégation et cette septième place au classement générale est prise par l’AMPEA Martinique qui n’est pas parvenu à obtenir plus d’une victoire par tour. Avec un travail collectif insuffisant aux entraînements, il est difficile d’acquérir une cohésion permettant d’espérer de meilleurs résultats. Il faut souhaiter qu’avec le temps, quelques joueurs Martiniquais puissent progresser collectivement tout au long de la saison.

Ce niveau 3 outre une qualité certaine, a permis à l’ASSHAV Poitiers d’acquérir son troisième doublé N1/N3 consécutif. C’est un record qui ne demande qu’à être battu.

Au niveau 4, pas de record, si ce n’est la présence presque totale d’équipes réserves. Sur les cinq clubs engagés, le Chaumont HA était la seule équipe première. La montée en niveau supérieur n’étant pas réservée aux seules équipes premières, la compétition pouvait être intéressante.

Ce niveau 4 a été organisé dans un premier temps par le CAH Clermont-Ferrand et dans un second, par l’AVH Paris qui débutait la longue série de tous les deuxièmes tours de challenges. Ces deux organisations ont été réalisées avec succès et les responsables de ces manifestations doivent être chaleureusement remerciés pour les efforts fournis ainsi que les personnes qui les entouraient.

La compétition prévue devait à chaque tour voir s’opposer les équipes deux fois en matchs aller et retour. Au général, la réserve de l’AVH Paris, même si elle enregistre trois défaites, domine largement ces deux journées et se classe logiquement challenger. Derrière, Chaumont après un premier tour bien négocié, marquait quelque peu le pas mais gardait bonne distance avec les poursuivants pour conserver sa médaille d’argent. Sur la troisième marche du podium se hisse la réserve de Clermont-Ferrand qui a fait deux tours réguliers bien que toujours avec plus de défaites que de victoires, ce qui relativise ces médailles de bronze.

Malgré sa nette première place, la réserve de l’AVH Paris ayant fait jouer un de ses membres du niveau 1, ne peut plus prétendre à la montée en niveau 3. C’est ainsi Chaumont qui bénéficie de cette promotion et qui viendra rejoindre l’an prochain les pensionnaires du 3ème échelon national.

Comme en niveau 2, Strasbourg parvient à se sauver de la relégation en réalisant une bonne seconde journée. Avec quatre points de retard au matin de ce 14 mai sur la réserve parisienne du COPAA, la réserve strasbourgeoise arrache la quatrième place au général sur son ultime match de la saison. C’est donc le club de la Capitale qui sera relégué en niveau 5 la saison prochaine.

Au niveau 5, ce n’est pas la douceur angevine qui a été remarquable mais sa maîtrise. Six équipes se retrouvaient à cet échelon de base national. L’avantage pour les nouvelles formations, résidaie en un niveau assez homogène où les équipes réserves ne faisaient pas le nombre. En effet, deux équipes, celle d’Aubervilliers et de Nice, deux nouveaux clubs, le Torball Costarmoricain et l’APST Rouen, enfin deux redémarrage avec Handisport Angers et le DBT Nantes. Comme le prévoit le règlement, ces clubs se rencontraient sur trois tours répartis sur deux journées. Ce n’est pas parce que le niveau 5 est le bas de l’échelle nationale que les organisations ont été bâclées.

Bien au contraire, le 13 février, au lycée La ville Davy à Quessoy, le Torball Costarmoricain réalisait une organisation de bonnes factures et le 4 juin, l’ANICES Nice concluait ce niveau 5 par des prestations dans les normes. Remercions donc particulièrement ces deux organisateurs d’avoir permis à des équipes pas toujours très aguerries de pratiquer notre discipline dans les meilleures conditions.

Côté des résultats, Angers va dominer les débats pendant les deux premiers tours puis se relâcher relativement sur le troisième. Les angevins obtiennent le titre de challenger de niveau 5 en toute logique. Derrière, les deux clubs réserves ont un parcours opposé. Si l’ANICES Nice débute mal pour finir en force, 5 victoires sur 5 matchs sur le dernier tour qui lui permettent d’arracher la deuxième place, Aubervilliers qui semblait fort dans les premiers tours, s’écroule dans les ultimes rencontres pour finir assez loin du podium même si c’est au pied.

La prime de la constance revient au Costarmoricains qui ont réussi à chaque tour à grappiller des points et se positionner dans le classement. Au final, cela paye puisque les Bretons obtiennent des médailles de bronze bien méritées. Il faut remarquer que le club des Côtes d’Armor a réussi à battre par deux fois sur trois les Challengers 2016 et sur les deux journées. Il fallait réaliser cette performance pour monter sur le podium.

Une équipe est bien détachée des quatre premières, c’est le DBT Nantes. Les deux premiers tours sont difficilement exécutés et le troisième a été mieux négocié en obtenant une victoire contre les Franciliens et surtout un bon match nul contre les Costarmoricains. Mais il est sûr que pour progresser les Nantais doivent travailler les fondamentaux du Torball.

Enfin, ferme la marche de ce niveau 5, la toute nouvelle équipe de Rouen. Des premiers matchs difficiles se sont succédés mais où l’on voyait une volonté de faire mieux et de s’appliquer. Alors que l’on pensait qu’une évolution allait porter ses fruits, une blessure est venue mettre le grain de sable dans le fonctionnement du collectif. Déjà forfait en fin de première journée, celui-ci s’est prolongé sur la deuxième. Il faut espérer que cette équipe puisse de nouveau participer la saison prochaine.

Ce premier niveau 5 de l’histoire du Torball français a proposé des matchs certes irréguliers, parfois peu motivants, mais dans l’ensemble, la qualité était présente et par moment meilleure que sur des niveaux supérieurs. Souhaitons que la prochaine saison nous offre autant de bonnes surprises que de nouveaux clubs.

La saison du Torball Français ne s’est pourtant pas achevée ce 18 juin à Besançon pour le niveau 2 masculin. Il reste encore le week-end prochain le premier open masculin organisé par l’ASAA Strasbourg avec 18 équipes engagées. Cette compétition sera sans aucun doute la fête de clôture de la première saison de l’ANTHV. Espérons qu’elle soit à la hauteur de toutes les organisations de 2016.

Le Président de l’ANTHV :

Vincent RIGNAULT