Connaissez-vous le torball ?

Dérivé d’une rééducation de soldats allemands devenus aveugles lors de la seconde guerre mondiale transformée par la suite en sport, le torball est apparu en France dans les années 70.

Le torball, (on prononce « torballe » comme pour le handball), est donc un sport de ballon pratiqué par les handicapés visuels hommes, femmes ou enfants.

2 équipes Il se joue avec deux équipes de trois joueurs dont l’objectif est de marquer un but à l’équipe adverse en lançant un ballon sonore uniquement à la main en le faisant passer sous trois cordes tendues en travers du terrain.

Étant donnés les impératifs liés au silence lors d’un match, ce sport ne peut se pratiquer qu’à l’intérieur d’un gymnase.

Le terrain est délimité par un rectangle de 16 mètres de Longueur sur 7 mètres de largeur. Les joueurs sont confrontés à de nombreux chocs, il est donc souhaitable de disposer d’un sol de type Taraflex ou d’un parquet.

De part et d’autre du terrain on trouve un but qui en occupe toute la largeur, la ligne de fond correspondant à la ligne de but. Ce but est d’une longueur de 7 mètres et mesure 1,30 mètre de hauteur.

Trois cordes sont tendues en travers du terrain. Elles sont à une hauteur de 40cm, et équipées de deux clochettes afin de les entendre lorsqu’on les touche. La corde centrale est juste au-dessus de la ligne médiane. De part et d’autre de celle-ci, on trouve deux autres cordes situées à 2 mètres. La zone délimitée par la ligne de but et la première corde représente la zone de jeu de chaque équipe. Elle mesure 7 mètres de large sur 6 mètres de long.

Chaque équipe dispose, dans ce que l’on pourrait appeler« sa zone défensive », de 3 tapis mesurant 2 mètres de long sur 1 mètre de large. Fixés au sol par des adhésifs pour ne pas bouger lors des matchs, ils sont placés de telle sorte que leur longueur soit parallèle à la ligne de but. Le tapis du milieu au centre du terrain se situe à 20cm de la ligne de but, alors que l’arrière des tapis latéraux est aligné avec l’avant du tapis central. Les largeurs externes de ceux-ci bordant les lignes de touche.

tapis et banc Ces tapis, outre qu’ils amortissent les contacts avec le sol, permettent aux joueurs de se positionner en défense et de s’orienter avant les tirs en se repérant avec les mains ou les pieds sur les bordures de ces rectangles.

Un plan du terrain commenté se trouve à la page Plan du terrain.

Le ballon de torball pèse 500g et a une circonférence de 65cm. Il est en caoutchouc et contient de petites grenailles de fer.

Pour se protéger lors des contacts entre eux, avec le sol ou le ballon, les joueurs utilisent des équipements hybrides empruntés à d’autres sports : Pantalon de gardien de but de football, genouillères et coudières de volley-ball, coquille pour les sports de combat et masque de ski alpin. Celui-ci a pour fonction de protéger les yeux mais également de mettre tous les joueurs dans les mêmes conditions d’obscurité puisque l’écran a été rendu opaque par un film noir.

Une rencontre dure deux mi-temps de 5 minutes. Pendant la phase de jeu, Les joueurs peuvent se déplacer librement et se positionner n’importe ou dans leur zone de jeu. tir
Chaque joueur est alternativement attaquant puis défenseur, le ballon devant être relancé uniquement à la main dans un délai maximum de 8 secondes après la récupération. réccupération ballon


Le lancer (geste du bowling) est effectué de façon à ce qu’il passe sous les trois cordes tendues en travers du terrain.

Si la balle ou l’un des joueurs touche une des cordes, signalé par le tintement des grelots, ou passe au-dessus, ceci est une infraction au règlement et le tireur est pénalisé.tir 2

Les joueurs, en défense, attendent le ballon debout, accroupis ou à genoux.

Dès que la balle quitte la main du tireur, les défenseurs peuvent bloquer le ballon dans n’importe quelle position.

C’est en fonction des bruits provoqués par le déplacement du tireur et le roulement du ballon que les joueurs en défense évaluent la trajectoire du tir et se couchent rapidement au sol pour constituer un rempart devant leur but et tenter d’intercepter la balle.

image siteLe torball requiert des qualités physiques : résistance, vivacité, et souplesse.
Il développe également, chez les personnes déficientes visuelles, la notion de repérage dans l’espace, la coordination et la précision des gestes mais surtout fait appel à l’audition.
C’est en effet par l’ouïe que le joueur prend connaissance de toutes les informations concernant la position, le déplacement, la technique et la tactique de ses partenaires et de ses adversaires.

Il est donc indispensable d’être capable d’associer une concentration intérieure, pour tirer au mieux profit de ses propres capacités, et une concentration vers le milieu extérieur, pour analyser et exploiter rapidement toutes les données fournies par les oreilles.

image 4

image 3image 2

C’est pour cette raison que le Torball se joue dans le silence aussi bien pour le public (comme au tennis, on ne peut manifester des réactions qu’entre deux phases de jeu) que pour l’entraîneur de l’équipe qui ne peut donner ses consignes qu’à la mi-temps ou lors de deux temps-morts par match.

A l’origine à la Fédération Française Handisport, le Torball regroupait 400 licenciés qui se rencontraient lors d’un championnat de France et d’une coupe de France, chacun masculin ou féminin. Aujourd’hui, sous l’égide de l’ANTHV deux compétitions sont proposées. Un Challenge national qui se subdivise en un niveau féminin de 9 équipes pour 2016 et de 5 niveaux masculins. Toutes les équipes d’un même niveau se retrouvent deux fois par an, pendant une journée, à l’invitation d’un club organisateur et s’affrontent successivement. A l’origine à la Fédération Française Handisport, le Torball regroupait 400 licenciés qui se rencontraient lors d’un championnat de France et d’une coupe de France, chacun masculin ou féminin. Aujourd’hui, sous l’égide de l’ANTHV deux compétitions sont proposées. Un Challenge national qui se subdivise en un niveau féminin de 9 équipes pour 2016 et de 5 niveaux masculins. Toutes les équipes d’un même niveau se retrouvent deux fois par an, pendant une journée, à l’invitation d’un club organisateur et s’affrontent successivement. Un open masculin et un open féminin sont aussi organisés une fois par an et rassemblent l’ensemble des équipes qui s’y inscrivent. On retrouve plus dans cette dernière compétition un système d’élimination directe plutôt que celui du championnat.

Des rencontres sportives sous la dénomination de Critérium scolaire sont organisées pour permettre à des enfants déficients visuels scolarisés dans des instituts spécialisés ou en milieu ordinaire de pratiquer cette discipline. L’ANTHV a pour projet d’organiser en plus de ce critérium scolaire qui se déroule le mercredi, une autre compétition pour jeunes qui pourrait avoir lieu le samedi.

Les compétitions internationales, entre les équipes nationales ou les clubs, confèrent au torball un statut de sport à part entière et favorisent les échanges entre sportifs handicapés de nombreux pays. Les meilleures équipes masculines et féminines sont qualifiés chaque année pour une coupe d’Europe ou du Monde, en alternance. Une sélection masculine et féminine formaient les Equipes de France qui participent régulièrement à des championnats d’Europe et du Monde où la France est l’une des nations les plus titrées. Face à la décision de la Fédération Handisport de mettre un terme à ce secteur international, aujourd’hui des collectifs UNADEV gérés par l’ANTHV composés d’une sélection des meilleurs praticants français de Torball tentent de faire retrouver sa place internationale au Torball tricolore.
Le torball n’est malheureusement pas un sport paralympique bien qu’il soit pratiqué dans beaucoup de pays en Europe, France, Allemagne, Autriche, Belgique, Suisse, Italie, Danemark, Pays-Bas, Malte, Pologne, Roumanie, Russie et République Tchèque, ainsi que sur le continent africain, Tunisie, Algérie, Cameroun  et au Nigéria.

Il s’est aussi développé en Amérique latine, en Argentine, Uruguay et au Honduras, où on le connaît sous le nom de « torballito ».

image 5
Certes, ce sport a été créé à l’origine pour les aveugles et c’est l’un des rares sports proposés aux déficients visuels où ils peuvent agir librement dans un environnement déterminé sans intervention d’un guide, cependant, le Torball français est ouvert désormais même en compétition officielle aux voyants qui ainsi partagent en toute égalité une pratique sportive avec des handicapés de la vue. L’ANTHV propose ainsi à la différence de la Fédération Handisport un challenge national où deux joueurs voyants sont autorisés et un Open où aucune restriction quant à l’handicap visuel n’est réclamée et donc ouvert à tous.

Les vertus de sport collectif sont indéniables mais pour s’en rendre compte, il faut essayer … alors, décidez-vous ! Si vous n’êtes pas convaincu, lisez aussi osez le Torball Cliquez Ici